Georges Enesco: Le coeur de la musique roumaine

Coperta unu
Univers Poche, 30 mai 2013 - 177 pagini

Haute figure de la vie musicale de la première moitié du XXe siècle, Georges Enesco reste, aujourd'hui encore, plus connu comme interprète que comme compositeur. Cela tient sans doute é la sensibilité et é la virtuosité du violoniste dont le style éminemment novateur révolutionna la pratique de l'instrument.
Mais ce grand soliste, passionné par tous les aspects de la musique, fut également l'auteur de nombreuses pièces, parmi lesquelles un opéra, dont la rigueur, l'originalité et la puissance expressive constituent autant de joyaux incontournables de l'art moderne.
Rompant avec l'académisme de l'époque, son approche esthétique é tout entière dédiée é l'émotion é témoigne de l'éminente singularité de son style. Sous ses doigts comme sous sa baguette, Enesco fut aussi chef d'orchestre : il transfigura les oeuvres du répertoire et les siennes propres, en les restituant dans l'essence même de leur création.
Soucieux de transmission, d'échange et de partage, il s'impliqua également dans la pédagogie é initiant, en véritable passeur, des instrumentistes aussi prestigieux que Ivry Gitlis ou Yehudi Menuhin.
Cet ouvrage retrace la vie et le parcours du compositeur et violoniste d'exception que fut Georges Enesco (1881-1955), figure de proue de la musique roumaine dont le style et la sensibilité sont internationalement reconnus.

Ce spun oamenii - Scrieți o recenzie

Nu am gãsit nicio recenzie în locurile obișnuite.

Alte ediții - Afișați-le pe toate

Despre autor (2013)

Professeur, ingénieur, journaliste membre de l'Association Suisse des Journalistes Spécialisés (ASJ), mais avant tout amoureux de la musique, Titu-Marius I. Bajenesco a suivi les classes de violon, de composition, de contrepoint et de direction d'orchestre des Conservatoires de Cluj-Napoca et de Cracova. Son rêve était de devenir ingénieur du son à la société de radio-télévision roumaine, mais le régime communiste ruina ses espoirs, le considérant "fils d'un ennemi du peuple". Il s'est réfugié en Suisse en 1969.

Informații bibliografice